blog

Remboursement des frais de transports sanitaires

Ainsi que présenté par l’infographie ci-dessus, votre prise en charge par transport sanitaire se fera en fonction de votre état de santé. Selon votre autonomie ou la gravité de votre maladie, votre médecin vous prescrira un taxi conventionné, un VSL ou une ambulance. En tout état de cause, seul lui peut décider de ce qui est nécessaire à votre état de santé. Vous ne pouvez choisir votre transport sanitaire. Bien heureusement, notre couverture médicale nationale prévoit le remboursement ou le tiers-payant des frais de transport. En voici les principaux critères et conditions d’obtention.

Sur quels critères se fait le Remboursement des frais de transports sanitaires ?

Bien sûr, il faut remplir certaines conditions, la première étant de bénéficier de droits ouverts à la Sécurité Sociale. Le bon de transport étant prescrit par votre médecin traitant, ce critère ne devrait pas poser de difficultés. Toutefois, nous rappelons ci-après les critères  d’éligibilité au remboursement à 65 % (source ameli.fr). Nous détaillerons un peu plus loin les critères de remboursement à 100 %.

Les critères sont :

  • l’hospitalisation 
  • votre état de santé, si vous avez besoin d’une assistance particulière
  • des trajets de plus de 150 km aller 
  • des transports fréquents et éloignés, sur une période de 2 mois
  • un trajet obligatoire pour convocation officielle
  • une prise en charge en CAMSP ou CMPP 

Si vous avez besoin de certains types de transports sanitaires en fonctions de situations extraordinaires (avion, bateau, plusieurs trajets de longue distance), un accord préalable de la Caisse est indispensable.

Remboursement des frais de transports sanitaires

Remboursement des frais de transports sanitaires en cas d’ALD (Affection de longue durée)

Votre ALD n’autorise pas systématiquement le remboursement des vos trajets. En effet, en plus des conditions de délivrance de bon de transport, la prise en charge sera acceptée si le motif médical est en relation avec votre ALD et que vous présentez un réel défaut d’autonomie, conformément au référentiel en vigueur.

Lire aussi : DÉPLACEMENT DES PERSONNES ÂGÉES : QUELLES SOLUTIONS ?

Base du calcul de Remboursement des frais de transports sanitaires

Dans le cas d’un transport en taxi conventionné ou d’un VSL, le remboursement à 65 % se fait sur la base des tarifs conventionnels. Votre organisme complémentaire peut prendre en charge la différence restant à votre charge. Contactez-les.

Remboursement à 100 % : seulement quelques cas particuliers

Les remboursements à 100 % par la Sécurité sociale répondent au nombre de 12. Nous les listons ici, pour votre information (source ameli.fr). Outre les cas qui peuvent être précédemment cités, d’autres situations peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 %.  Par exemple :

  1. les transports des femmes enceintes à partir du 6e mois de grossesse et jusqu’à 12 jours après la date d’accouchement ;
  2. les transports liés à l’hospitalisation d’un nouveau-né de moins de 30 jours ;
  3. les transferts entre établissements de santé ;
  4. les transports des personnes relevant du régime local d’Alsace-Moselle ;
  5. différents cas d’invalidité ;
  6. les transports des personnes bénéficiaires de la Complémentaire santé solidaire (ex CMU-C et ACS) ou de l’aide médicale de l’État (AME) et des soins urgents ;

Prise en charge taxi pour personnes âgées : Quelles solutions ?

Que ce soit pour se rendre à un rendez-vous médical ou pour faire quelques courses, les
personnes âgées ne sont pas toutes égales dans leurs possibilité de déplacement.
Certaines, bien heureusement, continuent de conduire au quotidien ou sont encore assez
mobiles pour utiliser les transports en commun mais d’autres, malheureusement, sont
moins indépendantes et doivent solliciter, si c’est possible, famille ou amis. Heureusement,
des solutions alternatives existent.

DÉPLACEMENT DES PERSONNES ÂGÉES


DÉPLACEMENT DES PERSONNES ÂGÉES – LA PRISE EN CHARGE


Si vous avez besoin d’un moyen de transport pour vous rendre à des soins ou à un
rendez-vous médical, parlez-en à votre médecin. En effet, celui-ci peut rédiger une
prescription médicale (bon de transport) que vous devrez transmettre, pour accord
préalable, à votre caisse d’Assurance Maladie.

reserver votre taxi conventionné cpam en seine et marne


LES TYPES DE TRANSPORTS


Taxi


Le taxi doit être conventionné par la CPAM pour pouvoir être pris en charge. Le chauffeur
est formé aux premiers secours.


VSL
Adapté pour prendre en charge trois malades en position assise (au maximum), le
chauffeur est titulaire d’un diplôme d’ambulancier.


Ambulance
Ce véhicule est adapté aux prises en charge médicale en situation d’urgence. Toutefois, le
médecin peut décider de le prescrire pour le transport, en fonction de l’état de santé du
patient : position allongée, surveillance, oxygène, par exemple.


LES MOYENS DE TRANSPORTS NON PRIS EN CHARGE


Des solutions non médicales sont souvent proposées par certains départements ou
communes dans le cas de difficultés de déplacements de proximité. Certains critères sont
également à remplir, mais les prix sont souvent raisonnables.
Le taxi non conventionné par la Caisse d’Assurance Maladie
Vous pouvez bénéficier d’un transport individuel ou collectif, de navettes pour aller sur les
marchés, dans les grandes surfaces.
Vous pouvez également bénéficier de réduction, voire de gratuité, pour les transports en
commun.
Pour savoir si votre département propose ce type de service, renseignez-vous auprès de
votre conseil départemental ou de votre CCAS (centre communal d’action sociale)
LA CROIX ROUGE
La Croix-Rouge a mis en place, en collaboration avec différents acteurs, des solutions
pour offrir des moyens de transport aux personnes âgées : autopartage, covoiturage,
transport solidaire. Un bel élan de solidarité afin de renforcer les liens et éviter autant que
possible l’isolement des personnes âgées.
En savoir plus sur Croix-Rouge mobilités

Qu’est-ce qu’un taxi conventionné CPAM ?

Si vous n’avez jamais entendu parler d’un taxi conventionné CPAM , vous n’êtes pas le seul. Lorsque les gens parlent de prendre un taxi, ils pensent généralement à prendre n’importe quel vieux taxi qui a de la place pour eux et leurs bagages. Mais grâce à un programme lancé par le gouvernement français afin de proposer des transports médicaux plus abordables, il existe désormais des taxis spéciaux agréés pour le transport des personnes vers et depuis les hôpitaux, les pharmacies et autres établissements médicaux.

La CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) est l’organisme chargé de gérer ces taxis agréés. Pour pouvoir proposer ses services à moindre coût, elle négocie une subvention avec les taxis conventionnés de la région. Le montant de cette subvention varie en fonction de votre lieu de résidence mais, que vous payiez un tarif subventionné ou non, ce service reste très abordable par rapport à d’autres formes de transport qui peuvent être payées avec les remboursements de la sécurité sociale.

La chose la plus importante à retenir lorsque vous utilisez les taxis conventionnées CPAM est qu’ils ne sont autorisés à prendre en charge que les passagers munis d’un document officiel appelé « attestation de transport« . Ce document peut être obtenu auprès de votre médecin ou de votre clinique et doit indiquer pourquoi vous avez besoin d’un transport médical.

Une image de taxikemar

Combien coûte un taxi conventionné CPAM ?

Le tarif de transport sanitaire (CPAM) se compose de deux parties :

 Le forfait départemental et le tarif kilométrique. Le forfait départemental couvre les 3 premiers kilomètres du trajet, puis diminue de 0 à 0,30 € par km en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Le tarif kilométrique couvre tous les autres kilomètres parcourus par le chargement de son point de départ à sa destination. Le taux kilométrique est calculé selon un tableau pour chaque région de la CPAM ; il est appliqué après déduction du forfait départemental et il varie selon que le chargement est transporté avec un véhicule classique ou un véhicule sanitaire léger (VSL).

Entre 20h et 8h : majoration de 50 % du tarif de jour. Ce tarif s’applique intégralement lorsque plus de la moitié du temps de transport est effectuée entre 20h et 8h. Il ne s’applique pas dans le cas contraire.

Majoration de dimanche et de jour férié Entre 8h et 20h : majoration de 25 % du tarif de jour. Entre 20h et 8h : majoration de 50 % du tarif de jour. Le tarif du dimanche s’applique à compter du samedi 12 heures. 

Les frais de péage sont facturés en sus, sur justification, pour le parcours en charge.

Lire aussi : L’avenir des taxis avec les nouvelles technologies

Un supplément de 19,07 euros peut être perçu pour chaque transport lorsque le malade est transporté dans un aéroport, un port ou une gare pour embarquement dans un avion, un bateau ou un train, ou pris en charge à sa descente d’avion, de bateau ou de train.

Voir le site Ameli pour plus d’informations

À retenir : Le taxi conventionné est utile à tous et remboursé par la Sécurité sociale.

L’avenir des taxis avec les nouvelles technologies 2022

Le secteur du transport de passagers est l’un des métiers les plus traditionnels. Mais, c’est aussi l’un des plus touchés par les nouvelles technologies. En quelques années, nous avons assisté à des changements massifs dans ce secteur avec l’arrivée d’Uber, Cabify et d’autres applications similaires. Ces nouvelles technologies bousculent le secteur et provoquent de nombreuses turbulences. Certains pensent qu’elles sont un atout pour les chauffeurs, tandis que d’autres pensent qu’elles vont les faire disparaître. Dans ce billet de blog, nous allons explorer les avantages et les inconvénients de ces nouvelles technologies et tenter de répondre à cette question.

La première chose à prendre en compte est le fait que ces nouvelles technologies permettent aux gens de trouver plus facilement une course. Auparavant, si vous vouliez prendre un taxi, vous deviez en héler un dans la rue ou appeler un service de répartition. C’était souvent difficile, surtout dans les zones très fréquentées ou aux heures de pointe.

taxis avec les nouvelles technologies

Les robots-taxis débarquent sur le marché

La principale raison en est que ces nouvelles technologies exercent une forte pression sur les chauffeurs de taxi pour qu’ils baissent leurs prix. Autrefois, les chauffeurs de taxi pouvaient facturer ce qu’ils voulaient. Mais aujourd’hui, avec les nombreuses options qui s’offrent aux passagers, les chauffeurs de taxi doivent se battre sur les prix. C’est une bonne chose pour les passagers, mais une mauvaise chose pour les chauffeurs.

Un autre problème est que ces nouvelles technologies permettent aux gens de travailler plus simplement comme chauffeurs de taxi indépendants. Jadis, si vous vouliez être chauffeur de taxi, vous deviez obtenir une licence spéciale et vous soumettre à de diverses formalités administratives. Aujourd’hui, toute personne possédant une voiture peut s’inscrire pour devenir chauffeur pour l’une de ces sociétés. Cela signifie qu’il y a plus de chauffeurs qui se font concurrence pour les courses, ce qui fait à nouveau grimper les prix.

Grâce à ces nouvelles applications, il vous suffit d’ouvrir l’application, de saisir votre position et de commander un taxi. Le chauffeur viendra ensuite vous chercher. C’est beaucoup plus pratique pour les passagers.

Un autre avantage de ces technologies est qu’elles permettent aux passagers de connaître le prix de leur course avant même de monter dans la voiture. Avec les taxis traditionnels, vous ne saviez pas combien votre course allait coûter avant d’arriver à destination. Avec ces nouvelles applications, vous pouvez voir le prix dès le départ, ce qui évite les surprises. Vous pouvez également consulter les évaluations des chauffeurs, ce qui vous permet d’être sûr de bénéficier d’un bon service.

Cependant, ces changements ne font pas l’unanimité. De nombreux chauffeurs de taxi se sentent menacés par ces changements.

Lire aussi: Qu’est-ce qu’un taxi conventionné CPAM ?

Présentation en vue pour 2023 selon Musk 

Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, prévoit de présenter son robot-taxi l’année prochaine. La production devrait commencer l’année suivante.

Comme on peut le voir, ces nouvelles technologies présentent des avantages et des inconvénients. D’un côté, elles sont plus pratiques pour les passagers et permettent de faire des économies. D’autre part, elles mettent de faire pression sur les chauffeurs pour qu’ils baissent leurs prix et de faciliter l’exercice de la profession de chauffeur de taxi indépendant. Seul le temps nous dira comment ces changements affecteront le secteur à long terme.

taxis avec les nouvelles technologies , dans le reste du monde ? 

Pour l’instant, ce sont les États-Unis et l’Asie qui ont montré la voie. À travers sa filiale Waymo, Google est le plus avancé. Dès 2017, elle a commencé à proposer des taxis robots à Phoenix, en Arizona. Une flotte de Chrysler Pacifica a d’abord roulé dans une phase de test avant de proposer un service commercial. Le géant de l’Internet vient de déployer des véhicules à San Francisco. Téléchargez l’application Waymo One pour obtenir ce type de véhicule, avec toutefois la présence à bord d’un expert au départ.

Cet acteur vise également l’Asie, avec le Japon (à Tokyo) et la Chine, où il teste actuellement ses monospaces autonomes à Pékin et Shanghai. Toyota a également annoncé l’année dernière qu’il allait investir 50 millions de dollars sur cinq ans à Uber.

La technologie permet d’améliorer les choses, alors pourquoi ne pourrait-elle pas améliorer la demande de taxi ? De nouvelles applications comme Cabulous relèvent le défi en rendant la demande de course plus facile que jamais.

Qu’en pensez-vous ? Ces nouvelles technologies sont-elles bonnes ou mauvaises pour l’avenir des taxis ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ! Merci de nous avoir lu et à bientôt